Adresse
|
Téléphone
Union Tarbes Lourdes Pyrénées Basket

“Je ne vais pas tirer sur mes joueurs“

À la veille du départ pour Orchies et la 5ème journée de NM1, Vincent Lavandier nous a accordé un long entretien. Plongée au coeur de l'équipe, de ses problématiques actuelles et des ambitions du club. 
 
 
Pour ton arrivée dans ton nouveau club, on imagine que tu aurais souhaité être dans une autre position. Quel est ton bilan de cette première partie de saison ?

On savait que le début de saison serait difficile, entre l’absence de Xane qui est quand même le meilleur meneur de N1, avec les incertitudes dues au fait de ne partir qu’à 2 étrangers afin de se donner de la marge par rapport à la l’évolution de la blessure de Xane…
Tout ça additionné aux petits pépins physiques et aux divers traumatismes fait que l’on est en retard collectivement, notamment sur notre fin de préparation.
On rencontre des difficultés à s’entraîner au complet, avec toujours des incertitudes sur l’état de santé de certains. Le début de championnat était très dur, on le savait. On a fait un pas face à Aubenas, c’est indéniable. 
On manque encore de régularité, que l’on doit trouver sur nos joueurs d’expérience qui apporteront dans nos moments faibles. Cela passera également par des entraînements au complet !


Tu connais la NM1 par coeur. Après seulement 4 journées, il n’y a pas d’inquiétude de ta part ?

Il faut étudier les forces en présence. Les clubs que l’on a joué ont 2 à 3 fois notre budget. On peut évidemment compenser cet écart, mais cela passe par le travail et des entraînements solides ensemble, ce que l’on n’arrive pas encore à produire.
Concernant notre position actuelle, je ne vais pas tirer à boulets rouges sur mes joueurs. Je préfère être solidaire d’eux. C’est comme ça que l’on sera plus forts. L’ambition existe, mais il faut rester humble vis-à-vis de cette division dont le niveau a encore augmenté cette saison. Il n’y a qu’à regarder les rosters de certaines équipes, qui évolueraient dans le top 10 de Pro B !


On a senti une capacité de tes joueurs à élever leur niveau de jeu par séquences, avec une équipe en progression. C’est un premier tournant dans cette saison ?

On doit être capables d’élever notre niveau de jeu dès maintenant, face à des équipes plus abordables, sans faire injure à Orchies. On y va encore amoindris, mais il va falloir passer au-dessus de ça. Cela passera peut-être par raccourcissement des rotations.


En parlant d’Orchies, comment abordes-tu ce match ? On imagine que c’est un enjeu important pour l’équipe ?

Il faut qu’on aille retrouver le droit chemin à Orchies. La priorité, c’est de faire un bon match. Si on perd face à plus fort, c’est comma. À nous de trouver de la régularité sur 40 mins et j’ai mes idées pour y arriver.

Dans un contexte qui est nouveau pour toi, la situation actuelle et les difficultés de ce début de saison sont-elles difficiles à gérer ?

Il faut apprendre à connaître l’environnement et les personnes qui y évoluent. J’observe beaucoup, et j’essaie d’apprendre les personnalités de chacun avant de pouvoir aller plus de l’avant dans mes perceptions.
Le contexte ne me pèse pas : il nous faut bien sûr être vigilants, mais pas en alerte, nous n’avons disputé que 4 journées !


Crédit photo : Gérard Héloïse (Rueil Athletic Club Basket)